Quels vins servir au repas de Noël : notre sélection pour les fêtes

Noël & fêtes de fin d’année : 5 vins (& spiritueux) pour mettre tout le monde d’accord.

Que serait la période des fêtes sans les plaisirs de la table ? Au moment de Noël, déguster les meilleurs crus pour accompagner les plus beaux plats demande de soigner l’accord mets & vins. En compagnie d’Olivier Thienot, fondateur et président de l’École des Vins et Spiritueux de Paris, on vous aide à opérer la sélection de vins (& de spiritueux) qui ravira vos convives. Un sans-faute garanti.

Un champagne sinon rien pour les fêtes de fin d’année

Vins pour le repas de Noël

Jouez hautbois, résonnez musettes, tintez flûtes… Absolument incontournables, intemporels et intergénérationnels, les champagnes sont plébiscités par les Français durant les fêtes. À raison : l’effervescence de Noël demeure un moment de partage à savourer avec ses proches et d’un pétillant prestigieux. Que ce soit pour l’apéritif ou pour accompagner des produits de la mer (en remplacement du vin blanc sec, habituelle alliance conseillée), les blancs de blancs, élaborés avec le cépage chardonnay issu de la côte des Blancs, est tendance. Son arôme de brioche et son élégance en font un succès assuré !

Le choix d’Olivier Thienot :

« De belles maisons comme Roederer, Deutz, Ruinart ou Veuve Clicquot mettent évidemment tout le monde d’accord. L’on peut aussi aller butiner chez de plus petits producteurs comme la Veuve Fourny, Agrapart, Franck Bonville ou Pouillon. »

La classe et le fruité : votre bourgogne rouge des fêtes

Pour accompagner avec grâce des volailles fines (type chapon) et viandes blanches en général, le bourgogne rouge occupe une place particulière. S’orienter vers les côte-de-nuits s’avère judicieux, l’appellation étant connue pour son rouge souple, à l’élégance quasi aristocratique. L’accord met et vin révélera en particulier la richesse et la subtilité des arômes du cépage pinot noir.

Le choix d’Olivier Thienot :

« Les chambolle-musigny du Domaine Sigaut ou nuits-saint-georges du Domaine de l’Arlot ont d’évidentes qualités que remarqueront instantanément vos papilles. Face à l’inflation que connaissent certaines appellations du terroir bourguignon, on pourra conseiller une appellation plus abordable comme le ladoix (située en côte de Beaune), ce qui permet de la faire connaître à toute la famille ! »

Un grand bordeaux, classique des repas de Noël : le margaux

À Noël, aucun conflit entre bourgogne et bordeaux, mais des additions savoureuses. Servir un margaux ravira même les moins enclins, et pour cause : les millésimes récents sont souvent peu tanniques dans l’appellation, propice à séduire les amateurs de rouges légers. De quoi faire goûter aux plus jeunes ces vins d’exception, éventuellement en les carafant au préalable une à deux heures avant dégustation. Cela assouplira ce vin et agrémentera la table d’une touche de déco racée, avant qu’il ne souligne un accord vins et mets à base de viande rouge, canard (en magret ou non) et au moment du fromage. 

Le choix d’Olivier Thienot :

« Choisir un vin de Margaux pour Noël nous fait voyager vers des domaines prestigieux comme les grands crus classés Château Giscours et Château Ferrière ou encore le Château Labégorce.»

Un vin rouge du Sud pour se réchauffer à Noël

Envie de mettre un peu de soleil à table et de faire correspondre un nectar à des plats hivernaux comme le gibier ou les ragoûts élaborés et épicés ? Osez le mélange des régions en vous dirigeant vers le sud de Lyon, que ce soit en côtes-du-Rhône prestigieux ou en languedoc étonnant. Et profitez-en pour raconter une anecdote liée à certaines appellations locales : la commune de Châteauneuf-du-Pape a ainsi interdit par arrêté municipal l’arrivée des extraterrestres, et le pic Saint-Loup tire son nom d’un chevalier qui apprit la mort de sa promise au retour de croisade, et habita la montagne, en ermite, tout le reste de sa longue vie.

Le choix d’Olivier Thienot :

« En châteauneuf-du-pape, on pourra se diriger du côté du Domaine de Beaurenard ou du Domaine de la Janasse. Côté pic-saint-loup, l’Ermitage du pic Saint-Loup et le château de Lascours sont à essayer parmi les nombreux nectars produits en Languedoc-Roussillon. »

Un whisky ou un whiskey pour casser les codes du repas de Noël

Scotch venu d’Écosse ou whiskey originaire d’Eire : qu’importe leur provenance, les whiskys britanniques ont l’avantage de casser définitivement les codes lors d’un repas de Noël. Pour accompagner un saumon fumé, rien de tel qu’un irlandais qui va surprendre vos commensaux. Sur des fruits de mer, du homard aux coquilles Saint-Jacques, le terroir aromatique écossais et son indéniable lien avec le littoral feront merveille.

Le choix d’Olivier Thienot :

« Que vous choisissiez un whiskey Connemara 12 ans Peated ou Kinahan's 10 ans single malt, ou que vous vous dirigiez vers les Highlands avec les scotchs Caol Ila 12 ans ou Ardbeg 10 ans, n’oubliez pas de les servir en petite quantité, afin que vos convives puissent faire tourner leurs verres et aérer ces nobles spiritueux. Gare à ceux qui oseraient demander des glaçons : on ne coupe ces whiskys qu’avec un peu d’eau douce. »

Bientôt Noël !

Et si vous (vous) offriez un cours d’oenologie pour Noël 

À lire aussi :

Comment choisir un bon vin ? 
Découvrez-le en quelques minutes avec Olivier Thiénot...